Nouakchott,  06/08/2019
La 9ème édition de la semaine africaine de vaccination (SAV) a été officiellement lancée, mardi, au centre santé mère et enfant d’El Mina, lors d’une cérémonie supervisée par le secrétaire général du ministère de la santé, M. Ahmed Salem Ould Bouhada et en présence des responsables de la santé, des partenaires au développement, GAVI, OMS et UNICEF et d’un public nombreux d’enfants et des mères.
Célébrée annuellement par la Mauritanie à l’instar de la communauté africaine, la SAV cette année est placée sous le thème’’ protégés ensemble : les vaccins ça marche !’’, a pour but de soutenir le plaidoyer, de renforcer la participation communautaire et d’améliorer la qualité des services de la vaccination.

Elle a pour mobile principal de contribuer à l’accélération des progrès vers l’atteinte des objectifs du programme élargi de vaccination et ceux du développement durable, tandis que sa population cible est tous les enfants de 0 à 11 mois et les femmes en âge de procréer (14-45ans) .

La SAV offre également l’opportunité de démontrer la valeur des vaccins pour la santé des enfants et des communautés, de mettre en lumière la nécessité de faire fond sur les progrès accomplis en matière de vaccination pour combler y compris au moyen d’un investissement accru.
Elle est motivée par la volonté de toucher tous les enfants qui, pour une raison ou une autre, n’ont pas compléter les vaccins de manière permettant leur protection.

La cérémonie inaugurale a donné lieu à la récompense des agents de la santé distingués pour l’engagement et le dynamisme en matière de vaccination et des prix aux enfants ayant complété leurs doses vaccinales.
Dans son mot pour l’occasion, le secrétaire général du ministère de la santé a précisé que la semaine africaine de vaccination vise la contribution à l’accélération de l’atteinte des objectifs du programme élargi de vaccination (PEV) par le renforcement de la couverture vaccinale au niveau de toutes les circonscriptions nationales, d’une part, et d’attirer l’attention sur les dangers causés par le non parachèvement de tous les vaccins.
Au sujet du choix d’El Mina pour abriter la cérémonie de lancement de la SAV, le secrétaire général a expliqué que le poids démographique de la moughataa et la présence en sein d’une grande frange d’enfants cibles sont autant de raisons qui conduit à ce choix.
Evoquant les bienfaits de la vaccination, M. Ahmed Salem OuldBouhada, a précisé que la vaccination n’est plus un acte sanitaire isolé, mais elle est devenue un objectif stratégique sur lequel dépendent tous les indicateurs du développement, notant que son impact dépasse la prévention des épidémies invalidantes aux plans individuel et familial pour atteindre le développement durable.
Il a enfin précisé que son département œuvrera avec tous les partenaires pour transformer les stratégies en mesures pratiques et applicables par chaque acteur, selon sa position et ses capacités, notamment les réseaux d’organisations de la société civile.
Quant au maire d’adjoint d’El Mina, M. SaadbouhOuldHmeida, il s’est félicité pour le choix sa commune et loué l’intérêt accordé à l’immunisation des enfants contre les maladies évitables par la vaccination.
Il a également exprimé la volonté de sa commune à œuvrer pour le succès de cette édition de la semaine africaine de la vaccination.
Pour sa part, le représentant de l’OMS par intérim en Mauritanie, Dr. NacerdineOuldZeidoune, a souligné que cette semaine offre l’occasion de mettre en relief l’importance de la vaccination pour sauver les vies de nos enfants en les protégeant comme les maladies mortelles, notant que le thème retenu cette année met l’accent sur le pouvoir des vaccins qui permettent de sauver des vies et de maintenir tout le monde en bonne santé, des nourrissons aux personnes âgées.
Il a ajouté que le poids économique des maladies évitables par la vaccination est 13 milliards de dollars par an, somme qui pourrait être utilisée pour soutenir les économies et favoriser le développement.
S’agissant du cas de la Mauritanie, NacerdineOuldZeidoune a précisé que l’action du gouvernement illustre entre autres par son concours à l’achat des vaccins et à la participation aux côtés de la GAVI, à l’acquisition des chaines de froid, ce qui a permis d’améliorer la couverture vaccinale ces dernières années.
Il a noté, par la suite, que la vaccination demeure l’une des interventions de la santé publique disponibles les plus efficaces et les moins coûteuses, réitérant que la semaine africaine s’est imposée maintenant comme une occasion pour les acteurs impliqués de conjuguer leurs efforts pour inciter les gouvernements à continuer à faire de la vaccination une priorité nationale et régionale.
Le représentant de l’OMS a enfin lancé un appel à tous les gouvernements, aux parlementaires, à toutes les familles, aux organisations de la société civile, aux communautés et aux décideurs pour qu’ils travaillent à l’élimination des obstacles et garantissent l’accès de toutes les populations à la vaccination.
En marge de la cérémonie, l’AMI a rencontré, Mme Aicha MintBeyah, chef service de communication au PEV, qui a précisé que son programme met en œuvre plusieurs stratégies pour toucher le maximum d’enfants : stratégie fixe, stratégie avancée et stratégie mobile.
Elle a ajouté que son service a mis en œuvre plusieurs supports de communication pour vulgariser les avantages de la vaccination et susciter de l’engouement chez les parents pour les services de la vaccination.
Notons que la SAV a été instituée en 2010 par les ministres de la santé de la région africaine, réunis à Malabo en Guinée équatoriale dans le cadre de la soixantième session du comité régional de l’OMS pour l’Afrique.


Dernière modification : 06/08/2019 15:38:46